haut de page
agrandir le texte retrecir le texte imprimer article envoyer à un ami

Paris, capitale...des embouteillages

Les transports et la circulation à Paris ont pâti de l’accord entre les socialistes et leurs alliés écologistes. L’idéologie a fait place au pragmatisme et encore une fois, le bien commun a été oublié. Mais Anne Hidalgo et l’ancien maire, qui ne se disent responsables de rien, travestissent la réalité et promettent de réaliser ce qui ne l’a pas été en deux mandatures.

La circulation

Dans leur programme « Paris qui ose », les socialistes promettent de « Fluidifier les rues parisiennes ». Cependant, la mairie de Paris a supprimé 85.615 places de stationnement, passant de 235.000 en 2001 à 149.385 en 2011. De plus, elle a fait supprimer du PLU l’obligation de construire des parkings lors de l’édification de nouveaux immeubles.

Conséquences immédiates :
- Paris est la 2ème ville de France pour le volume de ses embouteillages : un taux de congestion moyen de 34% qui grimpe à 71% aux heures de pointes matinales
- entre 30% et 50% des véhicules en déplacement ne font que tourner pour chercher une place
- l’augmentation de la pollution atmosphérique

Pour des motifs idéologiques, des grands axes ont été défigurés et sont, pour certains, devenus dangereux. Dans notre arrondissement, le boulevard du Montparnasse en est le parfait exemple. Les voies sur berges, désertes en semaine, laissent les conducteurs furieux et fatigués. Ainsi, la municipalité sortante a organisé un embouteillage géant, avec l’objectif affiché de dégoûter les automobilistes.

Jean-Pierre Lecoq dénonce les aménagements catastrophiques du Boulevard du Montparnasse

Les transports publics

Sans parler, encore une fois, du discours mensonger sur le diesel.
Dans « Paris qui ose » l’équipe sortante cloue au pilori les utilisateurs de Diesel. Mais Jean-François Legaret a montré un quasi triplement, entre 2008 et 2012, des quantités de gazole utilisées pour les véhicules des services municipaux.
Nos amis de l’UDI ont également démontré le double discours de l’équipe sortante : « Depuis 2001, la municipalité sortante a axé sa politique de déplacement sur l’offre de bus dans une logique de développement durable, mais dans le même temps elle achetait avec le Stif (Syndicat des transports d’Ile-de-France) quasi exclusivement des bus roulant au diesel, qui sont très fortement polluant. »

Nous l’avons encore vu il y a peu lorsque l’équipe sortante a laissé en fin d’année dernière le Stif et la RATP prévoir le financement de plus de 600 bus Diesel….
Contre ces mensonges milles fois répétés, il faut réaliser au plus vite un audit de cette politique ruineuse aux résultats calamiteux pour notre santé et notre ville.

Ainsi, avec Nathalie Kosciusko-Morizet, nous proposons, entre autre, de :
- revoir le plan de circulation à Paris, pour le rendre enfin cohérent et mettre fin aux absurdités de la signalisation qui contribuent beaucoup aux embouteillages que nous connaissons aujourd’hui.
- développer les nouvelles technologies au service de la qualité de l’air et de la fluidité des transports, comme le système Scoot utilisé à Londres : la présence de capteurs sur la chaussée permet, en cas d’encombrement, d’écourter la durée des feux pour réguler le trafic. Cette technologie permet de réduire de 12 % les temps de circulation.
- doubler le nombre de places de stationnement disponibles, ce qui permettra de réduire fortement le trafic automobile.
- favoriser les véhicules propres en fermant progressivement Paris aux poids lourds les plus polluants : à partir de 2017, la ville leur sera interdite (normes inférieures ou égales à la norme Euro 4) ; l’interdiction sera étendue en 2020 à la norme Euro 5 pour ne laisser circuler que les véhicules les plus propres.
- éradiquer le diesel de la flotte municipale en faisant de l’électrique le mode de fonctionnement principal des véhicules de la ville et des bus de la RATP.
- faire rouler le métro en semaine jusqu’à 2 heures du matin pour faciliter les transports des personnes travaillant tard et diminuer l’impact de la pollution des taxis.

Les transports doivent être à votre service et nous devons réfléchir à une politique intelligente de la circulation à Paris. Il est stupide de vouloir supprimer la voiture à Paris, sauf à en faire une ville musée, hors sol, sans économie. Contre l’idéologie des verts et l’incurie de l’équipe sortante votez dès le premier tour pour notre liste !

Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Derniers articles
Vœux de Jean-Pierre Lecoq aux Personnalités du 6e Commémoration du Centenaire de l’Armistice Communiqué de presse : il faut enfin assurer le service d’accueil dans les écoles Le Maire du 6e se mobilise pour sauver l’Académie de la Grande Chaumière L’évolution du statut de Paris passe par les Mairies d’arrondissement A Paris et en Ile-de-France, tout est à revoir !
A propos de ce blog | Mentions légales | Plan du site
Liens
Sénat Ville de Paris Les Républicains Paris Mairie du 6e arrondissement Les archives de Notre 6ème Groupe Les Républicains et Indépendants Conseil de Paris
Mots-clefs