haut de page
agrandir le texte retrecir le texte imprimer article envoyer à un ami

Les recettes s’effondrent, pas les impôts !!

- Les recettes fiscales se sont effondrées massivement en 2013. Cela fait peser un doute sur la capacité du gouvernement à tenir son objectif de déficit public. Cela montre que les Français ne peuvent plus et ne veulent plus payer une surcharge écrasante d’impôts.
- La promesse de « remise à plat de notre fiscalité » de Jean-Marc Ayrault ne trompe personne. Cela n’entraînera aucune baisse des impôts mais un surcroît d’instabilité fiscale au moment où chacun a besoin de confiance.

Les recettes s’effondrent car la gauche a porté la pression fiscale à un niveau insupportable

- Sous la pression de l’opposition, Bernard Cazeneuve, ministre du Budget, a été obligé de reconnaître que les rentrées fiscales se sont écroulées en 2013. Mais il a masqué l’ampleur du désastre. Il parle de 5,5 milliards d’euros. Alors qu’il s’agit du double ! C’est écrit en page 15 du projet de loi de finances rectificative. Par rapport à la loi de Finances Initiale, il manque 3,1 milliards sur l’impôt sur le revenu (IR), 3,8milliards sur l’impôt sur les sociétés (IS) et 5,6 milliards sur la TVA. Soit 12,5 milliards €. Ce qui fait une différence nette de 10,8 milliards car la recette est supérieure pour certaines petites taxes. 10,8 milliards de manque à gagner, c’est considérable, c’est près de 4% du budget de l’État. La conjoncture ne fait pas tout : à budgets égaux et croissances similaires, nous avions des rentrées fiscales supérieures.

- Comment, avec ce trou dans les recettes, le gouvernement pourrait-il tenir ses objectifs de déficit pour 2013 alors qu’il a déjà par deux fois renoncé à tenir son objectif initial : en septembre 2012, François Hollande jurait qu’on tiendrait l’objectif de 3 % de déficit en 2013... en avril, Pierre Moscovici avait reconnu qu’il serait à 3,7 % pour admettre en août qu’il serait à 4,1% ...
Et maintenant un nouveau dérapage s’annonce, jusqu’où ira-t-on ? Chaque jour davantage, la crédibilité financière de ce gouvernement est taillée en pièce.

- Cet effondrement des recettes montre que trop d’impôt tue l’impôt. En 2013, le gouvernement a choisi de porter à 46,3 % le taux de prélèvements obligatoires, du jamais vu dans notre histoire, résultat notre économie est asphyxiée.
Les entreprises voient leur activité baisser et avec elle leurs profits donc l’IS. Les ménages voient leurs revenus baisser et avec eux l’IR.

La chute de l’IR et de la TVA révèlent aussi que l’économie parallèle se développe. Face au matraquage fiscal, certains contribuables préfèrent ne plus déclarer leurs activités ou leurs revenus. La question du consentement à l’impôt est posée. Par exemple, selon les Urssaf l’emploi à domicile a chuté de 8% sur 1 an suite à la décision d’augmenter les charges sur ces emplois. Le seuil d’intolérance fiscal a été atteint, ce qu’ont confirmé la Commission européenne et l’agence de notation Standard & Poor’s qui disent qu’il n’y a plus de « marge de manœuvre » budgétaire en France.

La « remise à plat de notre fiscalité » annoncée par le gouvernement est une supercherie

- Jean-Marc Ayrault a annoncé une « remise à plat de notre fiscalité » pour le budget
2015 (Les Échos du 19 novembre 2013). Cela ne doit tromper personne. Il ne s’agit pas de baisser les impôts car il avoue lui-même que sa réforme doit se faire à « prélèvements obligatoires constants », c’est-à-dire en conservant le taux actuel écrasant de 46,3% du PIB. En clair, la charge fiscale restera la même, mais elle sera prélevée et répartie différemment...
Le risque de changer une nouvelle fois toutes les règles est de créer un surcroît d’instabilité fiscale, ce qui est anxiogène pour les Français et les investisseurs.
Cette réforme est d’autant plus inquiétante qu’elle semble totalement improvisée.
Pierre Moscovici, le 4 novembre sur BFM TV, expliquait par exemple : « Il n’y a pas, aujourd’hui,de volonté de bouleverser le système. » Rien ne semble donc piloté. François Hollande et Jean-Marc Ayrault gouvernent à la petite semaine. Dans l’urgence ils lancent l’idée d’une grande réforme dont leur ministre des Finances affirmait il y a 15 jours qu’elle n’était pas à l’ordre du jour...

- Ce n’est pas acceptable. L’effondrement des recettes montre que nous sommes arrivés au bout de la logique du matraquage fiscal !
La priorité n’est pas de faire une réforme fiscale technique mais de baisser massivement les impôts, les taxes, les charges pour soulager les Français.
(source UMP)

PDF - 171.2 ko
argumentaire UMP Fiscalite

Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Derniers articles
Commémoration du Centenaire de l’Armistice Communiqué de presse : il faut enfin assurer le service d’accueil dans les écoles Le Maire du 6e se mobilise pour sauver l’Académie de la Grande Chaumière L’évolution du statut de Paris passe par les Mairies d’arrondissement A Paris et en Ile-de-France, tout est à revoir ! Le 6e rend hommage à Soeur Emmanuelle
A propos de ce blog | Mentions légales | Plan du site
Liens
Sénat Ville de Paris Les Républicains Paris Mairie du 6e arrondissement Les archives de Notre 6ème Groupe Les Républicains et Indépendants Conseil de Paris
Mots-clefs