haut de page
agrandir le texte retrecir le texte imprimer article envoyer à un ami

Je souhaite une bonne rentrée à toutes et à tous !

Alors que la rentrée et le mois de septembre débutent, qui verront se mettre en œuvre comme chaque année de nouvelles trajectoires universitaires, scolaires, professionnelles ou personnelles pour nombre d’entre vous, laissez-moi vous souhaiter de trouver le succès et surtout l’épanouissement dans vos nouvelles activités.

Septembre est en effet le mois d’un nouveau départ, après la coupure des vacances.
Dans le contexte économique contemporain, c’est à cette époque que les mutations interviennent le plus souvent.

Je ne peux malheureusement pas renouveler mes souhaits au vu de la réalité économique particulièrement sombre de notre pays.
Alors que les produits d’importation n’ont jamais été aussi bon marché et que la parité actuelle (euro/dollar) favorise comme jamais nos exportations, le commerce extérieur reste déséquilibré sous l’effet de la cherté de nos produits et de la dégradation de notre compétitivité dans certains secteurs autrefois florissants (comme le fut récemment l’agriculture française !).
En réalité, c’est toute l’économie française qui est entrée depuis 2 ans dans une quasi-stagnation. L’année 2015 n’échappera pas non plus à ce phénomène car l’objectif de 1 % de croissance visé par le gouvernement VALLS-HOLLANDE est d’une totale insuffisance.
Chacun aura compris que ce taux de 1 % cache en réalité, des situations très dégradées comme le Bâtiment et les Travaux Publics qui continuent à débaucher.
Contrairement à ce que rabâchent les médias et les ministres en mal d’action, rien ne se fera de positif en dessous d’un taux de croissance annuel de 2,5 % (et non pas de 1,5 % !!). Cela nécessite évidemment la mise en œuvre d’une toute autre politique que celle menée depuis 2012 !
Le tourbillon législatif permanent, les lois faites puis défaites comme la loi DUFLOT, les fausses réformes comme celle des Régions qui devait couter 1,5 milliard d’euros, l’inflation des normes… tout ceci a contribué à asphyxier l’activité, à décourager l’initiative et à différer sine die l’investissement productif et la reprise de l’embauche.

Il faudra donc des mesures fortes, lisibles et très incitatives pour relancer l’économie française.
Il est de notre devoir de s’y préparer et d’anticiper ce qui apparaîtra comme une véritable résurrection pour notre cher et vieux pays.

Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Derniers articles
Non à la fusion des arrondissements du centre Vœux de Jean-Pierre Lecoq aux Personnalités du 6e Commémoration du Centenaire de l’Armistice Communiqué de presse : il faut enfin assurer le service d’accueil dans les écoles Le Maire du 6e se mobilise pour sauver l’Académie de la Grande Chaumière L’évolution du statut de Paris passe par les Mairies d’arrondissement
A propos de ce blog | Mentions légales | Plan du site
Liens
Sénat Ville de Paris Les Républicains Paris Mairie du 6e arrondissement Les archives de Notre 6ème Groupe Les Républicains et Indépendants Conseil de Paris
Mots-clefs