Dans Articles, ville_gestion

On l’a longtemps cru acquise pour l’éternité !

La situation exceptionnelle de Paris, l’addition de flux touristiques, son image de capitale de la France et de métropole dans le monde : tout concourrait à penser que l’économie parisienne continuerait à croitre générant emplois et hausse de valeurs locatives. Certes, des signaux inquiétants avaient été émis en 2015 et 2016 démontrant la sensibilité des touristes aux images des grèves et des attentats…

Mais depuis quinze mois, tout se conjugue pour rendre encore plus difficile l’activité économique et commerciale à Paris… Défilés incessants de Gilets Jaunes avec son cortège d’exactions, manifestations syndicales à répétition accompagnées d’une grève très dure dans les transports publics, tout s’est conjugué – après une fin d’année 2019 difficile – pour impacter la période importante des soldes d’hiver.

Or, depuis plusieurs années, la faible progression du pouvoir d’achat s’ajoute à la désaffectation croissante des centres villes (au profit de la périphérie ou des achats en ligne) pour affaiblir le commerce parisien. On ne compte plus les boutiques fermées dans tous les quartiers de Paris.

En dépit de l’action somme toute limitée de la Mairie de Paris, à travers la Semaest, des tendances lourdes sont à l’œuvre.

La pression financière des propriétaires s’ajoute aux évolutions des modes de consommation pour mettre directement en péril le maintien d’un commerce indépendant. Dans ce panorama inquiétant, chacun doit prendre ses responsabilités dans le domaine qui est le sien, sans attendre du voisin, la résolution de tous les problèmes.

Seul le retour à la tranquillité publique assortie d’un espace public propre et entretenu, la fin des manifestations et le bon fonctionnement des transports permettront de revenir à une situation normale. 

Articles récents