Dans Propositions, ville_gestion

: « AU CONTRAT DE CONCESSION DES MOBILIERS URBAINS D’INFORMATION, IL FAUT ÉTABLIR DES GARANTIES FINANCIÈRES ! »
DE 1976 À 2017, LE CONTRAT DE CONCESSION DE SERVICES RELATIF À « LA CONCEPTION,
À LA FABRICATION, LA POSE ET L’EXPLOITATION DU MOBILIER URBAIN D’INFORMATION À CARACTÈRE GÉNÉRAL OU LOCAL SUPPORTANT DE LA PUBLICITÉ » A ÉTÉ CONFIÉ AU GROUPE JCDECAUX.
EN OCTOBRE 2018, DEUX AUTRES ENTREPRISES, CLEAR CHANNEL ET EXTERION MEDIA, ONT RÉPONDU AU NOUVEL APPEL D’OFFRE LANCÉ PAR LA VILLE DE PARIS. LA MAJORITÉ MUNICIPALE A CHOISI L’OFFRE DÉPOSÉE PAR CLEAR CHANNEL. « SANS GARANTIES FINANCIÈRES ÉTABLIES » DÉNONCE L’OPPOSITION.

« Je crois que beaucoup de choses viennent d’être dites dans ce débat, sur tous les bancs de cette assemblée. Il est évident que devant l’absence de règlement de publicité, en jachère, en discussion depuis maintenant de nombreux mois, était-il urgent de relancer cette concession de service qui porte sur un nombre très important de dispositifs publicitaires qui ont dû être retirés, il y a quelques mois, à la suite de deux décisions du Conseil d’État ? Alors on nous dit, bien évidemment, que nous prendrions une lourde responsabilité devant les Parisiennes et les Parisiens si nous n’acceptions pas d’avaliser une concession de service qui rapportera entre 30 et 35 millions d’euros par an pendant 5 ans.
Une absence de règlement de publicité laissé en jachère
Certes, la somme est importante mais la Ville, au cours des derniers mois, a accepté ou subi des pertes très lourdes et nous a laissé sur un certain nombre de dossiers, des décisions que la prochaine majorité, quelle qu’elle soit, aura à assumer. Aussi, comme plusieurs de mes collègues, je crois qu’il serait sage de différer cette décision à une prochaine séance. Il faut d’abord que nous ayons examiné la totalité des pièces qui ne nous ont pas été fournies puisque l’opération n’a pas été soumise à la commission d’appel d’offre.
Soumettre l’opération à la commission d’appel d’offre
Manifestement, les garanties financières afférentes à un contrat de ce type devaient l’être. D’où cet échange de conversations depuis ce matin, pour s’assurer que le mieux disant financièrement, à la dernière minute produisait une garantie financière équivalente à celle du perdant.
Il aurait fallu que ces documents soient distribués avant le vote à l’ensemble des Conseillers de Paris. Ça n’a pas été le cas. Sur un dossier aussi important, comme beaucoup d’orateurs l’ont demandé, il eut été sage de différer notre vote. Nous vous demandons donc, Madame le Maire, Monsieur l’adjoint, de prendre cette décision. À défaut, je voterai contre ce projet de délibération.

Articles récents