Dans Propositions, ville_gouvernée

Sur ces problèmes de démocratie locale et de participation citoyenne si importants à l’heure actuelle, vous pourriez prendre, Madame la Maire, une initiative -toute autre que le nième vœu que vous présentez aujourd’hui comme l’alpha et l’oméga de votre politique participative-.
Celle de prendre le temps de faire le bilan –à travers la création d’une commission spécifique et pluraliste- du fonctionnement de tous les organes et conseils créés au cours des deux dernières mandatures.
Qu’ils soient visés par la loi PML, c’est le cas des conseils d’arrondissement, des Caisses des Ecoles ou des Comités d’initiative et de consultation d’arrondissement ou par la loi Démocratie de Proximité de 2002, comme les Conseils de quartier ou bien qu’ils aient été créés au cours des deux dernières mandatures, comme les Conseils de la Jeunesse, les Conseils des Parisiens, des pays extra-communautaires, sans oublier les Conseils des parents dans les crèches ou les Conseils de personnes âgées qui existent dans certains arrondissements.
Nous pouvons également observer la forme et le fond de la politique de concertation et de communication que vous avez mise en œuvre pour chacune des grandes opérations d’aménagement conduites sur le territoire parisien.
Mes Chers Collègues,
Le simple énoncé auquel je viens de me lancer- et qui donne un peu le tournis- illustre la politique menée jusqu’à maintenant par la majorité rouge rose – verte à Paris.
L’évitement et l’étouffement des organes locaux d’arrondissement qu’il s’agisse des Maires, des Caisses des Ecoles ou des CICA qui dans certains arrondissements ne se tiennent même plus, en dépit de l’obligation légale de les réunir une fois par trimestre.
La création foisonnante et débridée d’organes et comités : dont vous n’hésitez pas à décréter la mise à mort en cas d’échec comme pour les conseils de la Jeunesse d’arrondissement-.
Une politique de communication et de concertation réduite à une présentation unique des projets de la municipalité, généreuse en documents, ne lésinant pas sur les réunions et les consultations. Cette politique s’est perfectionnée au fil du temps, ayant connu l’ère glacière lorsque Denis Baupin pilotait la circulation, elle a évolué jusqu’à l’opération de communication autour des Berges de la Seine, un véritable chef d’œuvre de désinformation et de propagande dans lequel les avis des habitants des arrondissements les plus concernés ont été noyés sous les avis des habitants et des enfants de la couronne parisienne ! -Limité au 93 et au 94 évidemment-.
Madame la Maire, mes chers Collègues,
C’est évidemment une tout autre politique que nous souhaiterions voir mise en œuvre.
Une véritable décentralisation au niveau des arrondissements qui était dans l’esprit même du père de la loi PML, notre ancien collègue Georges Sarre.
Cela passe par la reconnaissance des Maires d’arrondissement auxquels les Parisiens de tous les âges s’adressent de plus en plus, la constance de leurs moyens financiers et la maîtrise de l’espace public à travers la mise en œuvre de l’avis conforme.
Telles sont quelques unes des mesures qui témoigneraient d’une réelle volonté de décentralisation.
S’agissant de la concertation sur les grands projets :
Servez-vous des Conseils de quartier existants et ne cherchez pas à les contourner. Redécouvrez l’utilité des CICA qui regroupent élus et associations de l’arrondissement.
En utilisant mieux et davantage ces organes légaux créés par la loi, vous afficherez votre volonté de dialogue et de transparence et vous respecterez le suffrage des Parisiens qui dans chacun de nos 20 arrondissements, ont donné mandat à des élus pour les représenter.
Intervention de Jean-Pierre Lecoq au Conseil de Paris du 20 mai 2014.

Articles récents