haut de page
agrandir le texte retrecir le texte imprimer article envoyer à un ami

Voeux de François Hollande : aveu d’échec et absence de perspective

- Les promesses de François Hollande pour 2013 sur la dette, l’emploi, la compétitivité n’ont pas été tenues.
- La réitération pour 2014 de ces promesses déçues en 2013 condamne notre pays aux mêmes déconvenues.
- Les Français ne croient plus les promesses de François Hollande.
- L’UMP propose un chemin alternatif crédible basé sur moins d’impôts et plus de travail.

Les promesses pour 2013 n’ont pas été tenues, l’autosatisfaction affichée est indécente

Le 31 décembre 2012 François Hollande s’était engagé sur 3 promesses majeures. Elles ont toutes été déçues en 2013 :

- François Hollande avait promis «  le rétablissement de nos comptes publics  ». Résultat : le déficit public de notre pays devrait s’établir à 4,1 % en 2013, contre un engagement initial de 3 %, soit plus de 20 milliards d’euros de dérapage, malgré un matraquage fiscal sans précédent.
- François Hollande avait promis un «  pacte de compétitivité  » «  pour redonner dès 2013 des marges de manœuvre aux entreprises  ».
Résultat : l’INSEE a révélé le 24 décembre 2013 que le taux de marge des entreprises a reculé de 0,5 point au 3e trimestre pour tomber à 27,7 %, soit « le plus bas niveau depuis le 4e trimestre 1985 ».
- François Hollande avait promis que « toutes ses forces seraient tendues vers un seul but : inverser la courbe du chômage d’ici 1 an » «  coûte que coûte  ».

. Sur les 11 premiers mois de 2013, il y a eu 256 700 demandeurs d’emploi supplémentaires en catégories A, B, C. Au mois de novembre, il y a eu 17 800 demandeurs d’emploi supplémentaires pour la seule catégorie A. La baisse du chômage promise n’a pas eu lieu.

Pourtant, en contradiction avec ce bilan catastrophique, François Hollande s’est livré à un satisfecit indécent : « les résultats sont forcément longs à apparaître, mais ils sont là ».

Des promesses pour 2014 recyclées et pas crédibles

- François Hollande a été obligé de concéder une erreur de jugement sur la nature de la crise «  l’année 2013 a aussi été difficile pour beaucoup d’entre vous et pour le pays. Parce que la crise s’est révélée plus longue, plus profonde que nous l’avions nous-mêmes prévu.

Mais François Hollande a promis pour 2014 ce qu’il avait été incapable de tenir pour 2013. Ses promesses recyclées ont peu de chance d’aboutir.

- Certes François Hollande a admis que «  les impôts sont devenus lourds, trop lourds, à force de s’accumuler  ». Mais il avait déjà fait ce même constat le 15 septembre 2013 : «  c’est beaucoup, donc ça devient trop  !  ». Cela ne l’avait pas empêché par la suite d’augmenter les impôts pour 2014 en portant le montant de leur hausse à plus de 50 milliards depuis son élection... Depuis le 1er janvier, les Français sont frappés par une hausse de la TVA, un rabot du quotient familial, une augmentation des cotisations sociales, une taxation de l’assurance vie, le gel partiel des pensions des retraités, la fiscalisation de la majoration des pensions des retraités parents de trois enfants, un alourdissement des droits de mutations, etc.

- Comment croire la promesse très floue de «  dépenser moins pour réduire notre déficit mais aussi pour pouvoir, à terme, baisser les impôts  » alors qu’en 2014 les dépenses en valeur de l’État ne vont pas baisser et que les prélèvements obligatoires des Français vont augmenter. Et quand se situerait ce «  à terme  » ? Le programme de stabilité transmis à la Commission européenne, et sur lequel François Hollande s’est engagé en avril 2013, ne prévoit aucune baisse d’impôt d’ici 2017 : le taux de prélèvements obligatoires est fixé à 46,5 % du PIB en 2017, autant qu’en 2014, soit près de 60 milliards de plus que fin 2011.

- Certes François Hollande a admis qu’« en 2013, le chômage est resté à un niveau
encore élevé  ». Mais il assurait le 15 septembre 2013 : «  on est tout près du but  » de l’inversion. Sa proposition obscure pour 2014 d’un « pacte de responsabilité » est un copié-collé de sa promesse d’un « pacte de compétitivité » formulée le 31 décembre 2012 et qui n’a pas fonctionné pour 2013.

Ce nouveau « pacte » n’est qu’un énième gadget de communication, dont François Hollande abuse à chaque sortie médiatique. Depuis mai 2012, François Hollande a parlé «  d’agenda du changement  », puis «  d’agenda du redressement  » (9 septembre 2012), de «  pacte de compétitivité  » (31 décembre 2012) de «  boîte à outils  » (28 mars 2013), de «  pacte de confiance et de responsabilité  » (16 juillet 2013), de «  pacte de responsabilité  »31 décembre 2013). Tous les 4-5 mois, François Hollande invente un concept fumeux pour camoufler son inaction : le passage de « l’agenda » au « pacte » témoigne de l’impossibilité pour le Président de fixer un cap clair pour sa propre politique.

- François Hollande veut enfin « simplifier la vie de chacun ». C’est un engagement vieux de 9 mois. Il avait promis le 28 mars 2013 un «  choc de simplification  » que les Français attendent toujours. Quelle crédibilité accorder à cette promesse

Les Français ne croient pas François Hollande, l’UMP incarne l’alternative

- 7 Français sur 10 ayant vu ou entendu parler des vœux de François Hollande jugent que le président n’a pas été « convaincant », selon un sondage BVA du 5 janvier.

- Réunie en séminaire le 18 décembre 2013, l’équipe dirigeante de l’UMP a proposé un plan d’urgence pour redresser notre économie : réduction des dépenses, des impôts, des charges et des normes pour libérer les talents des Français ; fin des 35 heures pour encourager le travail ; réforme du marché du travail, de l’accompagnement des chômeurs, de l’apprentissage et lutte contre l’assistanat pour favoriser l’emploi... Voilà le chemin de liberté et de courage que la France doit emprunter pour retrouver la prospérité.
(source UMP)

Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Derniers articles
Commémoration du Centenaire de l’Armistice Communiqué de presse : il faut enfin assurer le service d’accueil dans les écoles Le Maire du 6e se mobilise pour sauver l’Académie de la Grande Chaumière L’évolution du statut de Paris passe par les Mairies d’arrondissement A Paris et en Ile-de-France, tout est à revoir ! Le 6e rend hommage à Soeur Emmanuelle
A propos de ce blog | Mentions légales | Plan du site
Liens
Sénat Ville de Paris Les Républicains Paris Mairie du 6e arrondissement Les archives de Notre 6ème Groupe Les Républicains et Indépendants Conseil de Paris
Mots-clefs