haut de page
agrandir le texte retrecir le texte imprimer article envoyer à un ami

Changements à l’UMP Parisienne : 3 questions à Jean-Pierre Lecoq

Pour quelles raisons avez-vous accepté de prendre la responsabilité de délégué fédéral de l’UMP à Paris ?

Jean-François COPÉ — que je connais depuis longtemps, c’est un ami — m’a demandé de prendre cette nouvelle fonction que j’exercerai avec Catherine DUMAS, Conseillère de Paris (17e), ancien Sénateur et Vincent ROGER, Conseiller de Paris et Conseiller Régional. Tous trois, nous avons repris les fonctions et les pouvoirs du Secrétaire départemental sortant.

Il nous appartient de concert et avec l’aide des sept secrétaires départementaux adjoints (1), de renforcer l’action de l’UMP à Paris dans la perspective des deux scrutins majeurs du 1er semestre 2012 : l’élection présidentielle des dimanches 22 avril et 6 mai et les élections législatives des 10 et 17 juin.

Quelle situation trouvez-vous à Paris ?

Une situation difficile mais pas désespérée. Difficile parce que nous sommes dans l’opposition depuis 10 ans. Après avoir perdu de peu, en 2001, contraignant le Maire de Paris à une alliance forcée avec les écologistes. Celui-ci s’est facilement fait réélire en 2008 en obtenant la majorité des suffrages et en se dégageant de l’emprise des écologistes.

Si nous avons pu conserver nos huit mairies d’arrondissement UMP, nous sommes fragilisés dans trois ou quatre d’entre elles.

Aussi et sans méconnaître le travail accompli par l’équipe précédente, il est donc temps de réagir et le mandat donné par Jean-François COPÉ est clair : il faut enrayer la spirale de l’échec et préparer l’avenir, d’autant plus, nous le ressentons, que les Parisiens commencent à ouvrir les yeux sur la gestion DELANOË.

Dans ce contexte, quels sont vos objectifs pour ces prochains mois ?

Relancer la machine UMP, développer notre action dans les arrondissements où nous sommes peu présents, entamer une campagne de communication propre à la capitale.
Parallèlement, retravailler avec nos amis centristes, relancer et amplifier le dialogue avec les acteurs locaux, bref, se mettre en position de reconquête, en redonnant espoir à nos militants et à notre électorat trop souvent délaissé dans certains arrondissements.

L’élection présidentielle est enfin un formidable tremplin et peut nous permettre de démultiplier nos efforts dans toute la Capitale.

(1) Florence BERTHOUT
Pierre-Yves BOURNAZEL
Céline BOULAY-ESPERONNIER
Delphine BURKI
Emmanuel CALDAGUÈS
Jean-Baptiste OLIVIER
Claude Annick TISSOT

Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Derniers articles
Commémoration du Centenaire de l’Armistice Communiqué de presse : il faut enfin assurer le service d’accueil dans les écoles Le Maire du 6e se mobilise pour sauver l’Académie de la Grande Chaumière L’évolution du statut de Paris passe par les Mairies d’arrondissement A Paris et en Ile-de-France, tout est à revoir ! Le 6e rend hommage à Soeur Emmanuelle
A propos de ce blog | Mentions légales | Plan du site
Liens
Sénat Ville de Paris Les Républicains Paris Mairie du 6e arrondissement Les archives de Notre 6ème Groupe Les Républicains et Indépendants Conseil de Paris
Mots-clefs