haut de page
agrandir le texte retrecir le texte imprimer article envoyer à un ami

La gestion financière calamiteuse de la Mairie de Paris

Au début de l’été, la Cour des Comptes a pointé les artifices comptables et l’insincérité de certaines dépenses du budget de l’Etat… Que devrait-on dire du budget de la Ville de Paris qui multiplie les artifices pour cacher sa calamiteuse gestion.

L’administration parisienne, avec ses 60.000 agents (40.000 en 2001 !), se distingue par un temps de travail très faible (inférieur aux 35 heures légales), un absentéisme record (20 jours par an en moyenne) et une productivité médiocre. Par exemple, à la suite de la privatisation du contrôle du stationnement, les 1 500 postes de pervenches, devenus inutiles, ne seront pas supprimés et les personnels recasés au sein de la ville.
Les comptes de la ville relèvent de la cavalerie. Le magazine Capital dans son numéro de juin 2017, souligne que « depuis deux ans, la ville convertit en logements sociaux des milliers d’appartements du parc privé, et exige de se faire verser d’un coup… cinquante années de loyer par les sociétés HLM à qui elle en confie la gestion. Elle a ainsi pu récolter 354 millions d’euros l’an dernier et 287 autres en 2017 et gonfler artificiellement son épargne brute. »
Sous le seul mandat d’Anne Hidalgo, l’endettement de la ville est passé de 3 à 6 milliards et on se dirige tout droit vers 7,5 milliards en 2020, soit 120 % d’augmentation en 6 ans…
Officiellement, la ville se targue de ne pas augmenter les taux des taxes foncière et d’habitation. En vérité, la ville fait feu de tout bois : multiplication par deux ou trois des redevances de stationnement et des amendes, doublement du produit de la taxe de séjour, taxe sur les résidences secondaires, augmentation des taux des droits de mutation, des droits de terrasse. Au total, souligne toujours Capital, « depuis l’arrivée de la Maire qui officiellement n’augmente pas les impôts, la ponction sur la population est passée de 5,2 à 6,4 milliards d’euros, soit 23% de hausse ».
Mais seule la communication et l’image personnelle d’Anne Hidalgo intéresse la ville. Le faux suspense sur l’attribution des JO à Paris, alors que depuis des mois Paris et Los Angeles étaient les seules villes candidates pour les deux places, a permis de dépenser des dizaines de millions d’euros pour porter la candidature parisienne, dans un Paris toujours aussi sale, pollué à cause des embouteillages et défiguré par les innombrables travaux de voirie aussi coûteux qu’inutiles…

Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Derniers articles
Commémoration du Centenaire de l’Armistice Communiqué de presse : il faut enfin assurer le service d’accueil dans les écoles Le Maire du 6e se mobilise pour sauver l’Académie de la Grande Chaumière L’évolution du statut de Paris passe par les Mairies d’arrondissement A Paris et en Ile-de-France, tout est à revoir ! Le 6e rend hommage à Soeur Emmanuelle
A propos de ce blog | Mentions légales | Plan du site
Liens
Sénat Ville de Paris Les Républicains Paris Mairie du 6e arrondissement Les archives de Notre 6ème Groupe Les Républicains et Indépendants Conseil de Paris
Mots-clefs