haut de page
agrandir le texte retrecir le texte imprimer article envoyer à un ami

Conseil régional Ile-de-France : mon intervention sur le projet d’orientation budgétaire 2016

Nous avons un devoir de respect et un engagement de réussite dans la gestion des contributions fiscales de chaque Francilien.

Madame la Présidente, mes chers collègues,

C’est avec intérêt que j’ai pris connaissance du projet d’orientation budgétaire de notre Région pour 2016. Permettez-moi d’ailleurs de saisir cette occasion pour féliciter chaleureusement l’exécutif et le Vice-Président Stéphane SALINI de l’excellent travail qu’il a fourni dans des délais aussi courts. Son mérite est d’autant plus remarquable que ce projet est, selon moi, d’une rare ambition.

Comme vous mes chers collègues, j’ai longuement étudié ce rapport dont j’ai pris le temps de déchiffrer les différents éléments et je dispose à présent d’un panorama aussi clair que possible de l’état des finances de notre collectivité. Nous ne sommes pas réunis ici pour jeter l’opprobre sur la majorité sortante. Toutefois, force est de constater qu’il est urgent de faire beaucoup plus et beaucoup mieux pendant cette mandature.

Ce qui transparaît dans ce rapport, dès la première lecture, c’est notre volonté d’être présent sur tous les fronts, de ne fuir aucune de nos responsabilités et d’être présent là où la Région se doit de l’être. C’est pour cela que je me suis engagé au service de l’Ile-de-France, et je suis persuadé qu’il est partagé par tous les élus de cet hémicycle.

La Région doit être dirigée avec mesure, détermination et bon sens. Cessons de faire de magnifiques promesses intenables ! Cessons d’accumuler les dépenses de fonctionnement et de ne pas investir suffisamment alors que c’est le budget d’investissement qui commande notre avenir ! C’est vers ces objectifs que tend le projet de notre Région : celui d’un budget équilibré, transparent et sincère tout en étant ambitieux et tourné vers l’avenir.

Avec satisfaction, je note la volonté affichée par notre Présidente de redresser les finances régionales dès cette année et de ne pas succomber aux lobbies de toutes sortes, au chœur des pleureuses. Quand un foyer rencontre des difficultés, il effectue des coupes dans son budget, c’est d’ailleurs ce que font des millions de Français soumis depuis 2012 à un matraquage fiscal sans précédent et malheureusement en pure perte puisque les gouvernements socialistes successifs n’ont engagé aucune réforme structurelle ! En ce qui nous concerne, nous allons donner corps à un des engagements de campagne de Valérie Pécresse en réduisant de 5 % le budget de fonctionnement.

Cet effort exigeant, nous est proposé dans un contexte financier particulièrement tendu où tout concourt à freiner notre action : l’héritage de la majorité sortante et celui des orientations prises au cours de ces dernières années, les conséquences de la baisse des dotations aux collectivités imposée par l’actuel gouvernement, celles des nouvelles compétences qui nous ont été transférées de la part de l’Etat en oubliant de nous transférer les financements afférents dans un contexte où la misère sociale progresse, où le pays s’enlise dans la stagslation, où le chômage explose notamment pour les catégories les plus fragiles, les jeunes et les seniors.

En ce qui concerne le budget de fonctionnement de notre collectivité, notre ambition est claire.

Nous avons un mandat des Franciliens pour cesser de dépenser à tout va, que ce soit à travers une myriade d’organismes dont il convient d’analyser les fondements et les résultats ou à travers un examen tout aussi exigeant des très nombreuses subventions qui ont été distribuées.

Nous avons, mes chers collègues, une obligation de clarté dans les choix opérés et de transparence dans les subventions accordées.

Avec toujours la même culture de résultat qui nous oblige : l’argent public que nous dépensons sert-il bien à améliorer la qualité de vie des Franciliens ?

Nous avons, avec cet axiome, des marges de progression importantes notamment dans le domaine géré par le Vice-Président Karam.

Nous lui faisons confiance pour recentrer les subventions votées, en contrôler l’utilisation, c’est-à-dire s’assurer qu’il y a bien eu une utilisation de la subvention conforme aux objectifs initiaux et en finir avec les attributions rocambolesques qui ont scandalisé à juste titre les Franciliens, il y a quelques mois.

Les économies réalisées, soit environ 5 % du budget de fonctionnement, vont nous permettre d’abonder de 70 M€ le budget d’investissement ; celui-ci progressera tant en autorisations de programme (+4,6 %) qu’en crédit de paiement (+ 4 %). Je tiens à le souligner.

L’investissement va progresser dans plusieurs directions :

- D’abord conformément aux engagements de campagne de Valérie Pécresse en faveur de nos territoires ruraux trop longtemps délaissés.

- Sous l’impulsion d’Anne Chain-Larché les vastes zones où vivent 16 % de la population francilienne ne vont plus se sentir abandonnées de tous.

- Dans ces communes marquées chaque jour davantage par le désengagement de l’Etat, à travers les fermetures de classes et le manque d’infrastructures, nous allons investir à nouveau.

Avec notre majorité, nous mettrons un terme à ces discriminations silencieuses dont étaient victimes certains Franciliens : à partir d’aujourd’hui, aucun Francilien n’aura le sentiment d’être abandonné !

Mais le monde rural n’est pas le seul visé par cette hausse notable des investissements de la Région. Les infrastructures éducatives ont aujourd’hui l’occasion d’être renforcées : de plus en plus d’adolescents arrivent dans l’institution lycéenne, la Région doit s’y préparer et y faire face. Elle ne doit plus accepter de retard dans les constructions et rénovations, et elle doit se concentrer sur des priorités, notamment l’accessibilité aux personnes handicapées. Nous avons également l’opportunité de réinvestir de façon intelligible dans l’enseignement supérieur. Nous devons impérativement retenir nos cerveaux et en faire venir depuis l’étranger dans nos universités. L’Ile-de-France a toujours été un phare pour le monde universitaire. Redoublons d’effort pour attirer les grands chercheurs et les brillants esprits dans nos universités, investissons dans des infrastructures universitaires, rétablissons la méritocratie avec des Bourses au Mérite…et donnons envie à nos lycéens, à nos étudiants de faire rayonner l’Ile-de-France : il n’y a pas de meilleur investissement pour l’avenir que celui de l’éducation et nous faisons confiance à Agnès EVREN et Faten HIDRI pour l’accompagner.

Enfin, l’investissement sera considérablement renforcé dans les transports. Cet axe budgétaire prioritaire traduit un impératif majeur de modernisation, de rénovation et d’extension d’un réseau de transport en commun saturé et à bout de souffle. Les conditions de voyage des Franciliens sont désastreuses ; le dernier rapport de la cour des comptes parle ainsi d’une « situation à la limite de la rupture » ! Cette institution préconise une augmentation tarifaire pour répondre aux besoins en investissement. J’aimerai réellement que nous soyons en mesure d’empêcher cette fatalité. C’est pour cela que la relance massive de l’investissement dans le domaine des transports auquel s’attache Stéphane BEAUDET est d’une absolue nécessité.

Mais le réseau routier ne doit pas être en reste, les Franciliens doivent avoir la possibilité de circuler dans tout notre territoire dans des conditions améliorées et les orientations qui nous sont proposées y contribueront. Des transports performants sont la clé d’une Région moderne et dynamique. Si nous voulons la hisser sur le podium des Régions-monde, nous devons faire en sorte que la révolution des transports en Ile-de-France se produise de la manière la plus éclatante possible !

Au-delà de ces investissements stratégiques, il nous faut penser au bien-être des Franciliens, c’est une de nos priorités, et je pense que ce bien être est au cœur du débat qui nous anime. Notre Région ne doit pas briller uniquement par sa réussite économique, elle doit être un exemple pour d’autres. Souvenons-nous de cette phrase célèbre prononcée par Victor Hugo : « Ce que Paris conseille, l’Europe le médite. Ce que Paris commence, l’Europe le continue ». Il faut qu’il en soit de même aujourd’hui. Non pas par orgueil ou par démesure, mais par altruisme et anticipation. Ce budget ne peut qu’y concourir. Ainsi, met-il naturellement l’accent sur :

-  La culture,
-  L’environnement,
-  La sécurité.

Investir dans la culture est une évidence. Nous héritons d’un trésor fabuleux, une Région qui continue de resplendir dans le monde aussi bien par ses innovations culturelles que par son passé chargé d’histoire. Investir dans la culture en Ile-de-France c’est, à l’instar de l’éducation, miser sur l’avenir. La culture c’est l’identité d’un territoire, et l’identité d’un territoire ne trouve aucun avantage à être ignorée ou délaissée. Je conçois et soutiens tout à fait l’orientation budgétaire concernant la culture : il faut rendre plus intelligible la politique culturelle de la Région, afin que chacun, qu’il habite Rambouillet, Provins ou Paris puisse en profiter. En la valorisant, en créant un label « patrimoine Ile-de-France », il faut développer la pratique culturelle des publics qui en sont éloignés, et enfin participer à l’émergence de nouveaux talents en soutenant les entreprises culturelles et les jeunes artistes.

L’investissement environnemental est un deuxième axe qui profitera directement à tous les Franciliens. Il faut trouver des solutions pour la qualité de l’air en Ile-de-France, en intégrant tous les agents économiques dans un effort collectif pour l’écologie, enfin en prenant soin de notre écosystème qui est, contrairement aux stéréotypes, présent et diversifié dans notre Région ! Nos parcs naturels du Vexin, de la Vallée de Chevreuse, du gâtinais ou de l’Oise-Pays-de-France sont en effet d’une richesse patrimoniale et naturelle évidente !

Enfin, pour faire briller l’Ile-de-France, il convient d’axer nos autres priorités sur la sécurité. Ce point essentiel du budget régional ne répond plus seulement à un objectif de campagne, mais bel et bien à une nécessité.

Mes chers collègues, tout ce que je viens d’évoquer concernant aussi bien le développement économique, le bon fonctionnement de notre Région ou le bien-être de nos électeurs, ne saurait se réaliser sereinement sans une véritable politique régionale de sécurité. Tout le monde connait le contexte, notre Présidente s’est elle-même rendue au Japon afin de convaincre nos amis japonais de revenir à Paris. Mais au delà des évènements dramatiques du 13 Novembre, la Région fait quotidiennement face à une augmentation significative de la délinquance à tous les niveaux. Notre Région ne pourra se développer si elle ne peut assurer la sécurité des étudiants, des touristes, et tous les Franciliens. La bulle de sécurité lycéenne est une priorité absolue, et des actions ont déjà été entreprises. Nous sommes sur la bonne voie. Mais cette exigence de sécurité doit s’étendre aux transports, aux établissements culturels et sportifs, avec notamment la généralisation de la vidéo-protection. Dans ce domaine, avec Frédéric PÉCHENARD nous allons réinvestir dans un domaine totalement négligé par la majorité sortante.

Madame la Présidente, mes chers collègues,

Comme vous, je pense que nous avons un devoir de respect et un engagement de réussite dans la gestion des contributions fiscales de chaque Francilien.

Cet argent, il a été gagné, il a été économisé, il a pu même nous être donné avec difficulté.

Par respect pour les contribuables, nous avons le devoir d’en faire le meilleur usage ! Et c’est ce que nous allons faire désormais grâce à ce premier budget d’une nouvelle mandature.

JPEG - 448 ko

Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Derniers articles
Non à la fusion des arrondissements du centre Vœux de Jean-Pierre Lecoq aux Personnalités du 6e Commémoration du Centenaire de l’Armistice Communiqué de presse : il faut enfin assurer le service d’accueil dans les écoles Le Maire du 6e se mobilise pour sauver l’Académie de la Grande Chaumière L’évolution du statut de Paris passe par les Mairies d’arrondissement
A propos de ce blog | Mentions légales | Plan du site
Liens
Sénat Ville de Paris Les Républicains Paris Mairie du 6e arrondissement Les archives de Notre 6ème Groupe Les Républicains et Indépendants Conseil de Paris
Mots-clefs