haut de page
agrandir le texte retrecir le texte imprimer article envoyer à un ami

Mon intervention sur la réforme du statut de Paris

Le Conseil de Paris du 15 février a donné lieu à un débat sur la réforme du statut de Paris voulue par la Maire de Paris.

Madame le Maire, mes chers collègues,

Nous voici enfin en position de débattre devant les Parisiens d’une réforme du statut de Paris que vous voulez imposer à cette assemblée et aux Parisiens, après une concertation réduite aux acquêts.

Rappelons le tout d’abord, cette réforme que vous dites vouloir porter, vous ne l’aviez jamais évoquée lors de la campagne des élections municipales en mars 2014.

Vous n’avez donc pas de mandat des Parisiens pour le faire.

Mais cela ne vous a pas empêché d’avancer à marche forcée sans consultation préalable voire même sans consultation car que se serait-il passé si la note confidentielle de votre cabinet n’avait pas été révélée par le journal Le Monde.

La concertation aurait-elle eu lieu ?

Le regroupement des arrondissements du centre aurait-il été envisagé ? Nul ne le sait et en tout cas, pas les principaux intéressés.

En réalité, vous prenant tout à la fois pour Napoléon III et le Baron Haussmann, vous voulez redessiner un Paris à votre main.

Mais patatras ! La divulgation de la note confidentielle a tout changé. Alors à la va-vite on a fabriqué un processus de concertation tout en essayant de négocier avec l’Elysée une niche dans le calendrier parlementaire.

Quant au regroupement des arrondissements, après avoir envisagé dans un premier temps au-delà des quatre premiers, de les regrouper deux par deux jusqu’au 9 et 10e arrondissement, les échos défavorables ajoutés à l’iniquité de ces regroupements vous ont fait reculer.

C’est alors que votre Directeur de Cabinet – qui s’est fortement impliqué dans ce projet – s’est manifesté auprès de nombreux élus, leur susurrant qu’au grand jamais, ce redécoupage jusqu’au 10e arrondissement n’avait pas été envisagé et ne reposait sur rien hormis l’imagination féconde de journalistes… en réalité bien informés.

Tout se limiterait aux quatre premiers arrondissements qui en définitive ne disparaitraient pas mais seraient coiffés par une mairie de secteur, comme il en existe à Marseille.

C’est pourquoi Madame la Maire, mes chers collègues, nous sommes nombreux à penser que vous ne vous arrêterez pas au seul secteur du centre de Paris.

Trente trois ans après, vous voulez reprendre les ciseaux de messieurs SARRE et DEFERRE pour découper Paris comme l’a été Marseille en son temps – en vingt secteurs électoraux peuplés de 100 à 120 000 habitants.

Voilà la carte des secteurs dont vous rêvez : elle est d’ailleurs beaucoup plus habile et efficace que le regroupement évoqué des 10 premiers arrondissements.

Sur la rive gauche pour ne prendre qu’elle comme exemple, vous faites des secteurs verticaux ajoutant au 5e le 13e nord et centre, au 6e, le 14e nord et centre, le 7e avec le 15e nord ; trois autres secteurs se partageant le sud de la rive gauche.

Inutile de vous préciser qu’avec ce nouveau découpage permettant une nouvelle affectation des 163 conseillers de Paris entre ces 20 secteurs, c’est le jackpot assuré pour la majorité municipale.

Ce dont SARRE avait rêvé, Hidalgo et Julliard l’auront réalisé : se tricoter une réforme qui fera de Paris, une citadelle inexpugnable pour la Gauche pour des décennies.

Quel beau projet… un beau projet pour l’équipe sortante mais pas pour les Parisiens dont les priorités sont connues : elles s’appellent propreté, sécurité et coût de la vie à Paris alors que la situation désastreuse de notre pays pèse de plus en plus sur les épaules des Parisiens.

La Maire de Paris elle n’a qu’un objectif : apparaitre très rapidement comme le seul recours de la Gauche, après le désastre programmé de 2017. Le paysage lunaire qui en résultera devrait lui faciliter la tâche mais comme on n’est jamais assez prudent, pourquoi ne pas profiter des derniers mois d’existence de l’actuelle majorité parlementaire pour se tailler un nouveau costume – un nouveau statut pour Paris – assurant sa réélection sans difficulté en 2020 et sa qualification présidentielle en 2022.

Et il se trouve bien quelques députés frondeurs à l’Assemblée pour porter les amendements, créant cette nouvelle carte électorale et donnant tort à Monsieur VICHERAT.

Comme vous le voyez mes chers collègues, pendant que certains essaient d’éteindre ou de traiter les mécontentements qui se font entendre chaque jour d’avantage, d’autres ont des perspectives plus lointaines.JPEG

Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Derniers articles
Non à la fusion des arrondissements du centre Vœux de Jean-Pierre Lecoq aux Personnalités du 6e Commémoration du Centenaire de l’Armistice Communiqué de presse : il faut enfin assurer le service d’accueil dans les écoles Le Maire du 6e se mobilise pour sauver l’Académie de la Grande Chaumière L’évolution du statut de Paris passe par les Mairies d’arrondissement
A propos de ce blog | Mentions légales | Plan du site
Liens
Sénat Ville de Paris Les Républicains Paris Mairie du 6e arrondissement Les archives de Notre 6ème Groupe Les Républicains et Indépendants Conseil de Paris
Mots-clefs