haut de page
agrandir le texte retrecir le texte imprimer article envoyer à un ami

Trois ans après son élection, que reste-t-il des promesses de campagne de François Hollande ?

L’élection de François Hollande a plongé la France dans la stagflation et provoqué une inéluctable montée du chômage. La situation économique de notre pays est aujourd’hui profondément dégradée.

Les faiblesses des gouvernements de cohabitation auxquelles se sont ajoutés le manque de courage des dirigeants entre 2002 et 2007, puis les effets de la crise de 2008 se sont conjugués pour lester notre pays d’indices macro économiques qu’il n’avait jamais connus depuis la fin de la guerre.

Alors que les contraintes européennes et la sortie de la crise militaient pour une sévère purge budgétaire et fiscale accompagnée d’une profonde réforme du droit du travail et de notre appareil administratif, l’élection de François Hollande a rapidement plongé la France dans la stagflation et provoqué une inéluctable montée du chômage.

Certes, l’air de l’été 2012 fut léger (comme en mai 1981), mais on pouvait espérer dès l’automne, une prise en compte de la réalité et des contraintes qui assaillaient l’économie française (taux de chômage élevé, investissement privé en berne).

Au lieu de la mise en œuvre d’une politique pragmatique qui aurait jumelé réformes de structure et assainissement des finances publiques, on a assisté au démantèlement systématique des mesures prises par les gouvernements précédents : TVA sociale, jour de carence dans le secteur public, détaxation des heures supplémentaires, non remplacement d’un fonctionnaire sur deux, réforme de l’aide médicale d’état.

Pire, sous l’emprise des écologistes, François Hollande a laissé Cécile Duflot bloquer le marché immobiliser, ce qui avec la baisse des commandes publiques de l’Etat et des collectivités territoriales, a durablement sinistré le bâtiment et les travaux publics. Simultanément, Montebourg insultait les chefs d’entreprises et laissait mettre en œuvre une politique fiscale spoliatrice avec notamment un durcissement de l’ISF et la mise en œuvre de la taxe des 75 % sur les hauts salaires.

Dans une Europe mondialisée, la réponse fut sans appel : des dizaines de milliers de hauts revenus et de dirigeants ont choisi l’exil fiscal tandis que des centaines de milliers de jeunes Français se sont expatriés pour finir leurs études (et) ou trouver un emploi dans d’autres pays.

« Moi Président, j’inverserais durablement la courbe du chômage ». Cette promesse proférée avec force par le candidat Hollande s’est révélée être le boulet de son quinquennat.

Réitérée à maintes reprises, affirmée contre toute évidence, devant de nombreux auditoires, elle n’a aucune chance de se réaliser tant que Hollande et la majorité parlementaire qui le soutient seront au pouvoir.

Et ceci en dépit du bidouillage régulier des chiffres, la marée du chômage monte et fait de la France un des pays les moins soucieux de sa jeunesse (sans d’ailleurs faire réagir les leaders des syndicats trop occupés à défendre leurs derniers bastions et privilèges).

S’il avait une once d’amour propre, François Hollande démissionnerait ou au minimum dissoudrait l’Assemblée Nationale pour tenter de sortir par le haut de la situation intenable où il s’est mis !

Ne rêvons pas, il ne le fera pas, habitué à godiller dans tous les domaines, il va continuer sa méthode de navigation préférée en espérant une embellie soudaine…

Mais la France peut-elle attendre encore deux ans…..c’est la question que je lui pose au nom de millions de Français angoissés par leur avenir.

Jean-Pierre LECOQ

Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Derniers articles
Vœux de Jean-Pierre Lecoq aux Personnalités du 6e Commémoration du Centenaire de l’Armistice Communiqué de presse : il faut enfin assurer le service d’accueil dans les écoles Le Maire du 6e se mobilise pour sauver l’Académie de la Grande Chaumière L’évolution du statut de Paris passe par les Mairies d’arrondissement A Paris et en Ile-de-France, tout est à revoir !
A propos de ce blog | Mentions légales | Plan du site
Liens
Sénat Ville de Paris Les Républicains Paris Mairie du 6e arrondissement Les archives de Notre 6ème Groupe Les Républicains et Indépendants Conseil de Paris
Mots-clefs