haut de page
agrandir le texte retrecir le texte imprimer article envoyer à un ami

Le déclin de notre indépendance énergétique

Le projet de loi du gouvernement sur la « transition énergétique et la croissance verte » est porteur de choix dogmatiques en matière d’énergie. Ils ont des conséquences graves pour notre indépendance énergétique et impliquent une hausse non assumée de la facture énergétique des Français.

La remise en cause de l’indépendance énergétique de la France

La loi sur la transition énergétique adoptée par l’Assemblée nationale supprime parmi les objectifs de la politique énergétique de la France, l’indépendance stratégique de la Nation, de même que la compétitivité économique de notre pays.
Aussi, ce texte fait de l’énergie nucléaire une énergie résiduelle alors qu’elle est à la fois le socle de notre indépendance énergétique, une base technologique et industrielle forte, une source d’emplois majeure (plus de 400 000 emplois et 2 % de la richesse nationale) et même, le seul moyen assuré pour la France de respecter ses engagements européens en matière climatique1 : rappelons que la France émet sept fois moins de CO2 que l’Allemagne pour la production de son électricité.

Une politique malthusienne de plafonnement de nos capacités de production électrique

Tenue par les promesses électoralistes de François Hollande, la loi « transition énergétique » prévoit aujourd’hui de plafonner à 63,2 gigawatts la capacité de production d’électricité d’origine nucléaire et de la ramener à 50 % des sources de production électrique en France d’ici à 2025 (contre 75 % aujourd’hui). Mme Royal, alors candidate à l’élection présidentielle en 2007, avait déjà pris l’engagement « ramener la part de l’électricité d’origine nucléaire à 50 % d’ici à 2017 »... Ceci est totalement déraisonnable pour plusieurs raisons :

1. La baisse de la production électrique nucléaire (en particulier la fermeture des deux tranches de Fessenheim) alors que les alternatives n’existent pas ou sont trop coûteuses 2 pourrait se traduire, dès 2015-2016, par un déficit électrique de 900 MW pour la France, soit l’équivalent d’un réacteur nucléaire, et même 2 000 MW pour 2016-2017. Ceci signifie nous pourrions faire face à un manque effectif de courant, et obliger la France à importer de l’électricité.

2. Ceci impliquerait une hausse très importante des factures d’énergie des Français. Sait-on par exemple que la « transition énergétique » en Allemagne coûtera 250 milliards d’euros ? Et que la facture électrique pour les particuliers est environ deux fois plus élevée en Allemagne qu’en France ? En effet, en Allemagne, le gouvernement assume la « transition éner- gétique » et la fait payer aux consommateurs en préservant son industrie électro-intensive. En France, le gouvernement Valls prétend mener à bien une « transition énergétique » mais sans que personne ne la paye, ce qui revient à cacher aux Français les conséquences des choix opérés.

3. Le plafonnement de la capacité électrique en France souhaité par le gouvernement correspond à la capacité actuelle sans tenir compte de la mise en service de l’EPR de Flamanville. Il s’agit d’une ruse pour contraindre EDF à fermer les deux réacteurs de Fessenheim. Par cette pratique, outre que le gouvernement joue avec la loi, il trahit les engagements passés et la vision de long terme qui avait conduit à la commande d’un nouvel EPR à Flamanville pour soutenir la consommation française et l’industrie française. Il trahit encore l’industrie et l’économie en changeant les règles du jeu sans raison valable.

4. Or, démanteler Fessenheim serait à la fois inutile et ruineux. Inutile car l’autorité de sûreté nucléaire a récemment considéré que la centrale pouvait fonctionner au moins jusqu’en 2021, et ruineux car le coût de la fermeture anticipée de cette centrale rentable serait d’au moins 5 milliards d’euros sans compter les effets sur l’emploi (2 000 emplois directs et indirects). Le gouvernement s’entête à vouloir provoquer de lui-même un plan social pour le site de Fessenheim à des fins purement politiciennes liées à son accord électoral de 2011 avec les Verts. Dans le contexte de l’emploi et de la situation difficile d’Areva, cette décision ne paraît pas responsable.

5. D’ailleurs, les énergies renouvelables ne sont pas en mesure de constituer une alternative suffisante. Il ne s’agit certes pas de revenir au « tout nucléaire » des années 1960, et, à titre d’exemple, la loi Grenelle visait pour les énergies renouvelables, une part de 23 % du mix énergétique à l’horizon 2020, ce qui est compatible à la fois avec le maintien d’un savoir-faire nucléaire, et avec les limites intrinsèques des énergies renouvelables, qui ne peuvent pas et ne doivent pas être implantées partout, au risque de défigurer les paysages et de provoquer la gêne des habitants.

La loi sur la transition énergétique constitue aussi le support d’une nouvelle hausse de la fiscalité pour les ménages

En 2013, François Hollande avait indiqué qu’il allait « verdir » les taxes sur les produits énergétiques, notamment sur l’essence à la pompe. Concrètement, ceci signifiait leur augmentation, rebaptisée « élargissement progressif de la part carbone dans la taxe intérieure de consommation sur les produits énergétiques et dans la taxe intérieure de consommation sur le gaz naturel ».
La loi de finances pour 2014 a ainsi posé le principe d’une contribution climat énergie (taxe carbone) qui s’ajoute à la TICPE et qui ne concerne pas d’ailleurs que l’essence (gazole notamment) mais aussi les autres énergies, par ex le gaz naturel ou le fioul domestique. La TIPCE a donc déjà augmenté de 2 centimes au1er janvier 2015. À cela s’ajoutera une « taxe carbone » de 2 centimes le litre pour le gazole et d’environ 1,8 centime pour l’essence sans plomb. La facture sera donc alourdie de 4,8 centimes par litre pour le gazole en 2015.

De son côté, le projet de loi pose le principe d’une augmentation progressive de cette « part carbone », telle qu’introduite par la loi de finances pour 2014, dans la TICPE et la TICGN 4, suite à un amendement introduit in extremis par le gouvernement lors des débats à l’Assemblée Nationale.

Il s’agit donc bien de nouvelles hausses à venir, en plus de celles déjà actées en loi de finances 2014 puis 2015, et qui plus est, en faisant de la hausse de la fiscalité un « objectif » de la politique énergétique française... Le rendement visé pourrait être de 2 à 4 milliards d’euros/an additionnels (la TICPE rapporte aujourd’hui environ 14 milliards d’euros/an), soit 10 centimes de plus par litre de diesel par exemple.

Le consommateur ne bénéficierait dans ce cas d’aucune répercussion de la baisse des prix à la pompe, alors que le prix du baril de pétrole a baissé de plus de 40 %, la différence étant entièrement absorbée par une hausse des taxes.
(Source UMP)

Répondre à cet article

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Suivre les commentaires : RSS 2.0 | Atom

Derniers articles
Non à la fusion des arrondissements du centre Vœux de Jean-Pierre Lecoq aux Personnalités du 6e Commémoration du Centenaire de l’Armistice Communiqué de presse : il faut enfin assurer le service d’accueil dans les écoles Le Maire du 6e se mobilise pour sauver l’Académie de la Grande Chaumière L’évolution du statut de Paris passe par les Mairies d’arrondissement
A propos de ce blog | Mentions légales | Plan du site
Liens
Sénat Ville de Paris Les Républicains Paris Mairie du 6e arrondissement Les archives de Notre 6ème Groupe Les Républicains et Indépendants Conseil de Paris
Mots-clefs